Conduire après un AVC ?

Conduire après un AVC ?

Permis de Conduire après un AVC ou problèmes cardio-vasculaires, altérations visuelles, troubles de l'équilibre, pratiques addictives, diabète, épilepsie,..

Question :

Peut-on reprendre la conduite après un AVC, si on pense avoirs récupéré suffisamment de moyens ? Même question pour d'autres affectations comme les problèmes cardio-vasculaires, altérations visuelles, troubles de l'équilibre, pratiques addictives, diabète, épilepsie

La réponse est : Pas si simple !

Pourquoi ?

Pour plusieurs raisons : 

Après un AVC, des séquelles peuvent gêner la conduite automobile, par exemple :

  • problèmes moteurs (hémiplégie, troubles de la sensibilité…) et ralentissement
  • problèmes attentionnels et de mémoire
  • problèmes neurovisuels touchant l'exploration spatiale (hémianopsie latérale homonyme, négligence spatiale unilatérale
  • problème de langage et de communication
  • problèmes de gestion émotionnelle
  • fatigabilité

Conséquences possibles de ces séquelles :

  • perte de l'intégralité de son champ visuel pour voir arriver la voiture ou le piéton qui coupent nos routes,
  • manque d'attention
  • compréhension
  • risque d'endormissement
  • ......
Alors que faire ?
  • Si vous avez un problème de santé incompatible avec la conduite d'un véhicule, vous devez passer un contrôle médical pour avoir le droit de conduire.
  • c'est la loi et nul n'est censé ignorer la loi !

Quels sont les risques ?

Le premier risque vous vous expose à une peine de 2 ans d'emprisonnement et à une amende de 4.500 €

Mais le plus important en cas d'accident dû à une pathologie considérée comme incompatible avec le fait de conduire, si vous êtes responsable, vous ne serez pas couvert par votre assurance.

Quelle est la procédure pour faire valider à nouveau son permis ?

La marche à suivre est décrite dans le site du gouvernement : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F2686

Mais on peut la résumer en quelques lignes :

  • passer des tests chez un ergothérapeute
  • faire vérifier son champ visuel chez un ophtalmo disposant d'un appareil agréé
  • tester sa conduite toujours avec un ergothérapeute
  • adapter ou non le véhicule selon les cas
  • consulter un médecin habilité par la Préfecture
  • passer ensuite à la Préfecture pour faire valider la démarche

Qui doit nous avertir ?

Aujourd'hui le médecin hospitalier a le devoir de vous informer mais n'a pas le droit, du fait de l'obligation du secret médical, d'engager lui-même la procédure de vérification auprès du médecin agréé ou de la préfecture. Il appartient donc au patient de faire la démarche seul et à ses frais de consulter un médecin agréé (33 €) pour vérifier son aptitude.

Qui peut vous aider ?

Dans le Nord Franche-Comté le Centre de rééducation d'Héricourt propose aujourd'hui l'accompagnement médical nécessaire.

 

Commentaires

  • morin
    morinjeudi 23 février 2017 12:00

    COMMENT RECONDUIRE APRES UN AVC ????? MERCI PH MORIN

Laisser un commentaire

Cliquez ici pour annuler la réponse

requis

ne sera pas publié, requis