Réouverture de la ligne Belfort-Delle-Bienne

Réouverture de la ligne Belfort-Delle-Bienne

Réouverture de la ligne Delle-Belfort : réunion d'information

Jeudi 16 novembre avait lieu à l'UTBM à Sévenans une réunion d'information. L'enquête d'utilité publique devrait se dérouler en 2015. Après une présentation et un résumé du projet, était organisé un débat avec le public.

Site internet du Projet

Cette réouverture concerne le rétablissement des 22 km de voie ferrée entre Belfort et Delle, la remise en état de la ligne, son électrification, la construction de haltes ferroviaires, pour un montant prévisionnel de 110 M€ hors matériel roulant. Le financement est assuré par la Région, la Confédération Helvétique, l'Etat, le Conseil Général, RFF, la République et le Canton du Jura, l'Union Européenne, la CAB et la CCST.

Même si par son montant ce projet peut sembler dérisoire par rapport à celui de la construction récente de la LGV qui se chiffrait en milliards d'euros, c'est à l'heure actuel un des rares projets structurant sur le Territoire national.

Les interrogations du public

Le débat commença par une charge frontale menée par Mr Goujon, un conseiller municipal de Delle, élu en mars. Mr Goujon contestait l'utilité même de la cette réouverture et demandait aux contribuables de tout faire pour arrêter le projet tant qu'il en est encore temps.

Parmi les autres interventions du public, nous retiendrons :

  • l'inquiétude concernant les nuisances sonores des proches riverains, ou de ceux dont la tranquillité actuelle sera perturbée par l'installation d'une halte ferroviaire, par exemple à Danjoutin
  • les interrogations opposées des riverains de Danjoutin qui contestent l'utilité d'une halte ferroviaire sur leur commune à 1 km de la gare de Belfort; et celle de Bourogne qui réclame la sienne, non prévue dans le Projet
  • la traditionnelle intervention de Colette Dazy, présidente de l'association des usagers des transports dans l'aire urbaine.
  • celle du cheminot, représentant syndical et élu municipal qui rappelle la nécessité d'intégrer le transport de fret en complément du transport voyageur
  • celle de Patrick Robert, président de la Fédération régionale des travaux publics, qui demandait le maintien de projets ambitieux pour notre région afin d'assurer son développement, et la nécessité de prendre en compte les entreprises locales lors de l'attribution des lots
  • celle d'un représentant de Montbéliard qui demandait que la voie ferrée Delle-Belfort-Montbéliard-Héricourt devienne un élément structurant au niveau de l'Aire Urbaine, pour desservir entre autre la Gare TGV et l'Hôpital Nord Franche-Comté

 

La sagesse de nos voisins Suisses

Dans ce projet la Suisse apporte un financement de 24 M€ pour le projet de la France et ajoute environ 20 M€ pour moderniser la ligne Delle-Bienne de manière à aboutir à une ligne internationale. Les personnalités Suisse présentes à cette réunion ont fait état de leur retour d'expérience, de la nécessité de ne pas jouer le ferroviaire contre le bus ou le rail. Ils ont rappelé qu'une ligne de chemin de fer est un projet structurant qui apporte toujours des bénéfices induits à moyen terme à condition d'être intégré dans les aménagement ultérieurs, notamment en alimentant les gares par des réseaux de bus.

Il a aussi été rappelé que l'ensemble des services de transport publics ne sont financés qu'à 10 à 20% par les usagers et à 80-90% par le contribuable, quelque soit le moyen utilisé : train ou bus

Suite à la question posée par Christian Proust, ce qui parait le plus inquiétant est le problème du coût d'exploitation. Il sera financé par la Région. Or il semble que la Région, dont la dotation va baisser de 10 M€, limitera sa participation à 3 M€ par an, ce qui limiterait le nombre de "mouvements" à 16 par jour.

 

L'importance de la Région

Si le nombre de dessertes est volontairement limité, comment assurer le succès de cette ligne, un desserte suffisante pour transporter les lycéens de Delle vers Belfort, les frontaliers terrifortains de Belfort vers la Suisse, et les voyageurs belfortains ou suisses vers la gare TGV ? c'est la quadrature du cercle, et le débat n'est pas prêt d'être clos ! Au sujet du transport des lycéens, une idée a été émise : pourquoi ne pas créer un lycée à Delle pour épargner aux lycéens du sud-territoires de longs trajets journaliers ?

Il n'a pas été apporté non plus de renseignements précis quant au matériel roulant sur cette ligne : quel sera l'exploitant, la SNCF, quels trains rouleront ? suisses, français, les deux ? Pour quel coût d'investissement 30 M€ ? beaucoup moins ? qui  financera ?

On voit dans ce projet que la Région est le décideur le plus important. Sa présidente, absente, était seulement représentée, idem pour le Préfet de Région. Avec la réforme des régions en-cours, les nouvelles élections à venir, les changements d'attribution de compétence (les transports à la Région) : la situation est loin d'être claire . . . On notera aussi que les présidents de la CAB et de PMA, notamment ne faisaient pas partie des participants à cette réunion

 

L'absence de Pôle Métropolitain

C'est dans le cadre d'un projet de ce type qu'on se rend compte combien l'absence d'un patron de Pôle Métropolitain fort, capable de parler d'égal à égal avec la Région, la Suisse, est préjudiciable aux intérêts du Nord Franche-Comté . . .

 

Laisser un commentaire

Cliquez ici pour annuler la réponse

requis

ne sera pas publié, requis