Culture : Pôle Européen de l'Aire Urbaine

Culture : Pôle Européen de l'Aire Urbaine

p> 

L'Aire urbaine veut se doter d'un pôle culturel européen du spectacle vivant

 

Les structures culturelles de l’Aire urbaine devraient se rapprocher. Le but : créer un pôle européen du spectacle vivant dans le Nord Franche-Comté à l’horizon 2014. Ce serait une première en France.

 

L’idée avait déjà été évoquée par le passé, sans jamais aboutir. Cette semaine une première étape a été franchie. Lors d’une réunion, lundi, à Besançon, les élus de l’Aire urbaine, le directeur régional des Affaires culturelles (Drac) et Georges-François Hirsch, le directeur de la musique, du théâtre, de la danse et des spectacles (DMDTS) au ministère de la culture sont tombés d’accord sur un projet : rapprocher les structures culturelles de l’Aire urbaine et créer à terme un pôle européen du spectacle vivant dans le Nord Franche-Comté. « Chaque structure garderait sa spécificité mais chacune en ferait profiter les autres », précise d’emblée Lazare Paupert, le directeur de la Drac. Et d’ajouter :

« Ce serait une première en France, Aucun projet de ce type n’existe actuellement. »

L’idée : mutualiser, coordonner les actions, la création, la diffusion et la communication. Bref donner du poids à une scène de l’Aire urbaine en devenir « mais sans remettre en cause l’autonomie des structures. »

Pour Yves Ackermann, le président (PS) du conseil général du Territoire de Belfort, ce rapprochement permettra de donner à la création nord franc-comtoise davantage d’écho dans le reste de l’Hexagone et à l’étranger. Cela permettra, surtout, de conserver des subventions d’État qui auraient pu être remises en question.

Les élus, en outre, arguent que c’est le bon moment pour lancer ce projet. Les exécutifs de l’Aire urbaine, sont, disent-ils, sur la même longueur d’ondes. Une « chance » dont il s’agirait de profiter avant qu’elle ne passe.

Partenariats

Autre bon « timing » : la quasi concomitance du renouvellement des directeurs de plusieurs structures, notamment au Granit (Henri Taquet s’en ira à la fin de la saison) et à l’Allan (Didier Levallet partira, lui, fin 2010). Bref, les futurs directeurs seraient recrutés avec, dans leur cahier des charges, la mission de travailler avec les structures voisines.

Le centre chorégraphique national de Belfort aurait déjà pris cet élément en considération : l’appel d’offre qui sera lancé la semaine prochaine pour le recrutement du nouveau directeur intègre apparemment déjà une dimension partenariale et européenne, dimension qui était de toute façon déjà inscrite dans les gènes du CCN (lire ci-contre). Bref, l’ambition est là, revendiquée. Reste à déterminer le calendrier : dans le Territoire de Belfort, Étienne Butzbach, le maire (MRC) de la Cité du lion et Yves Ackermann, sont d’accord pour aller assez vite. Tous deux souhaiteraient visiblement que le dossier soit calé avant 2014.

D’ici là, le pays de Montbéliard doit finaliser un important projet (lire ci-dessous) : la fusion de toutes les grandes scènes de l’agglomération en une seule scène.

Laisser un commentaire

Cliquez ici pour annuler la réponse

requis

ne sera pas publié, requis