Fermeture de la base de défense de Belfort

Fermeture de la base de défense de Belfort

Grudler écrit au ministre de la défense pour protester contre la Fermeture de la base de défense de Belfort

Cet article vous a plu ? N'hésitez pas à le partager sur Facebook ou sur vos réseaux sociaux. Ou laissez vos commentaires en bas de cette page !

200 militaires en moins à Belfort ?

Selon le site www.macommune.info, Christophe Grudler, conseiller général de Belfort Est, a envoyé un courrier à Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense le 28 janvier 2015. Objectif : "défendre la base de défense de Belfort". 

En effet, l’Armée envisage de supprimer, dès le mois d’octobre 2015, la base de défense de Belfort (qui emploie 200 personnes à la Miotte, caserne Friederichs, pour soutenir administrativement le 35e RI et le 1er RA) et de la fusionner avec celle de Besançon.

Christophe Grudler propose d'autres solutions : "Plutôt que de transférer le soutien aux régiments belfortains à Besançon, où la Base de défense va déjà prendre une ampleur considérable avec l’arrivée des unités de Côte d’or (Auxonne…), il me semblerait plus pertinent de faire monter en puissance la Base de défense de Belfort en lui adjoignant le soutien au 152e RI de Colmar et au Régiment de Marche du Tchad de Meyenheim. Il y aurait une vraie cohérence, puisque le 35e RI de Belfort et le 152e RI de Colmar ont des besoins très proches en soutien."

On est bien sur d'accord sur le fond !Mais que pèse au niveau de l'état la parole d'un conseiller général du plus petit département de France.

Que pèse Belfort au niveau national ?

C'est là qu'on se dit que si c'était le président d'un Pôle Métropolitain de 3 à 400 000 habitants qui faisait la même demande, il aurait peut-être un peu plus de poids. Peut-être même la solution initiale aurait pu être de tout regrouper sur Belfort, et c'est Besançon qui aujourd'hui protesterait. On peut toujours rêver . . .

C'est l'ensemble de nos hommes politiques locaux, toutes tendances confondues qui sont responsables de cet état de fait, et du fait que nous soyons quasiment inaudibles au niveau national.

Et ce n'est peut-être malheureusement pas fini . . .

 

 

Laisser un commentaire

Cliquez ici pour annuler la réponse

requis

ne sera pas publié, requis